Côte d’ivoire 

                                                

1:Les actuelles armoiries de la Côte d’Ivoire furent adoptées en 2011. Son élément principal, l’éléphant de savane d’Afrique, est un important symbole du pays ; en effet c’est l’espèce la plus courante du pays, ressource qui a donné son nom au pays. L’éléphant est le symbole officiel du Rassemblement démocratique africain, parti fondé par Félix Houphouët-Boigny à l’indépendance du pays.

2:La première, de couleur orange, symbolise les savanes du Nord du pays et la fertilité; la deuxième bande, de couleur blanche, représente la paix ; quant à la troisième, de couleur verte, elle symbolise à la fois l’espoir et les forêts abondantes du Sud du pays.

Leurs histoire:

Le peuplement du sud est attesté dès le seuil de notre ère même si la recherche est rendue difficile par l’humidité du climat. Le territoire fut parsemé par des peuples de langues soudanaises, divisés en de nombreuses chefferies. Parmi les populations les plus anciennes on compte les Mandé du sud (Gouro, Gban et Yacouba) à l’ouest et au centre-ouest, les Krous au Sud-Ouest ainsi que les Sénoufos au Nord-Est .Le nord du pays sera sous l’influence des royaumes sahéliens (Songhai, Ghana). C’est dans ce contexte que s’implantera l’Islam, répandu soit par des commerçants, notamment des colporteurs dioula, soit par le djihad mené par des armées à cheval. Des villes commerçantes comme Kong ou Bondoukou deviendront par la suite de véritables cités-États, liens entre la savane et la forêt. Toutefois les populations ne connaissaient pas la propriété privée et ne cherchaient pas à délimiter leur territoire. Leurs cultures étaient marquées par une tradition théâtrale, orale, musicale, de danse et la croyance à la magie.

Femme fétiches croumanes vers 1869

La population:

La Côte d’Ivoire, officiellement République de Côte d’Ivoire (RCI), est un État situé en Afrique, dans la partie occidentale du golfe de Guinée. Elle présente sensiblement la forme d’un carré d’environ 600 kilomètres de côté 5. D’une superficie de 322 462 km2, elle est bordée au nord-ouest par le Mali, au nord-est par le Burkina Faso, à l’est par le Ghana, au sud-ouest par le Liberia, à l’ouest-nord-ouest par la Guinée et au sud par l’océan Atlantique.La population est estimée à 28 088 455 habitants en 20211. La Côte d’Ivoire a pour capitale politique et administrative Yamoussoukro mais la quasi-totalité des institutions se trouvent à Abidjan, son principal centre économique. Sa langue officielle est le français, mais quelque 70 langues et dialectes sont parlés au quotidien. Sa monnaie est le franc CFA. Le pays fait partie de la CEDEAO, de l’Union africaine et de l’Organisation de la coopération islamique.La population est estimée à 28 088 455 habitants en 20211. La Côte d’Ivoire a pour capitale politique et administrative Yamoussoukro mais la quasi-totalité des institutions se trouvent à Abidjan, son principal centre économique. Sa langue officielle est le français, mais quelques 70 langues et dialectes sont parlés au quotidien. Sa monnaie est le franc CFA. Le pays fait partie de la CEDEAO, de l’Union africaine et de l’Organisation de la coopération islamique.

Les monument architecture:

histoire de cette architecte 

Ses parents, libanais d’origine, résident en Côte d’Ivoire depuis 1935. Il suit toute sa scolarité au Liban, en pension dans une école catholique, avant de poursuivre ses études à l’école d’architecture Saint-Luc de Tournai en Belgique dont il sort diplômé en 1965. Il y rencontre son épouse, avec qui il vit toujours et dont il aura trois enfants.

Il a été l’architecte concepteur de la basilique Notre-Dame-de-la-Paix de Yamoussoukro, le mémorial Félix-Houphouët-Boigny et le musée des arts et traditions d’Afrique en Côte d’Ivoire ; mais aussi le palais présidentiel et le projet du futur ministère des finances de Libreville au Gabon. Il est alors considéré comme « le bâtisseur du président Houphouët-Boigny »1, ce qu’il restera pendant trente ans. Il a également réalisé le Palais du bord de mer (1977)2 du président gabonais Omar Bongo à Libreville.

En 1983, il est ainsi chargé du transfert de la capitale ivoirienne d’Abidjan vers Yamoussoukro.

    Le cacao

    Le café

  Le coton

Publié par

gretaarchitecture

Nous somme fort

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s