La grande muraille de chine 

La Grande Muraille (chinois simplifié : 长城 ; chinois traditionnel : 長城 ; pinyin : Chángchéng ; Wade : Ch’ang²ch’eng² ; littéralement « la longue muraille »), aussi appelé « Les Grandes Murailles » est un ensemble de fortifications militaires chinoises construites, détruites et reconstruites en plusieurs fois et à plusieurs endroits entre le iiie siècle av. J.-C. et le xviie siècle pour marquer et défendre la frontière nord de la Chine. C’est la structure architecturale la plus importante jamais construite par l’être humain à la fois en longueur, en surface et en masse.

Populairement, on désigne sous le nom de « Grande Muraille » la partie construite durant la dynastie Ming qui part de Shanhaiguan sur le territoire de la ville de Qinhuangdao dans la province du Hebei à l’est pour arriver à Jiayuguan dans la province du Gansu à l’ouest. Sa longueur varie selon les sources. Selon un rapport de 1990, la longueur totale des murs serait de 6 259,6 km2. En raison de sa longueur, elle est surnommée en chinois « La longue muraille de dix mille li » (chinois simplifié : 万里长城 ; chinois traditionnel : 萬里長城 ; pinyin : Wànlǐ Chángchéng ; Wade : Wan⁴li³ Ch’ang²ch’eng²), le li étant une ancienne unité de longueur chinoise et dix mille symbolisant l’infini en chinois. Ce surnom peut cependant être pris dans son sens littéral par approximation, 6 700 km faisant 11 632 li dans sa valeur généralement considérée de 576 m ou 13 400 li dans sa valeur actuelle d’exactement 500 m. En moyenne, la muraille mesure 6 à 7 m de hauteur, et 4 à 5 m de largeur. En avril 2009, l’Administration d’État chargée du patrimoine culturel, ayant utilisé des technologies de mesure plus récentes3, révise cette mesure et déclare une longueur de 8 851,8 km dont 6 259,6 km de murs, 359,7 km de tranchées et 2 232,5 km de barrières naturelles, telles des montagnes ou des rivières. Le même service a publié en juin 2012 une mise à jour de son étude, et estime désormais à 21 196,18 km la longueur totale de la Grande Muraille4,5. Cette nouvelle estimation prend en compte des parties actuellement détruites.

Depuis 1987, la Grande Muraille est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO sous le numéro 4386. En 2015, le constat est fait d’une nette dégradation de l’état général de la Grande Muraille due principalement aux conditions climatiques et aux activités humaines, et de la nécessité d’intervenir rapidement pour assurer sa sauvegarde.

En fait, la terre, la pierre, le bois et les tuiles sont les principaux matériaux utilisés dans la construction de la Grande muraille. … La plupart du temps, les matériaux utilisés pour la Grande Muraille proviennent du lieu même de la construction.

Géographie

La Grande Muraille sur une image satellite.

La Grande Muraille est située en Chine, au nord. Elle part de la frontière avec la côte au nord de Pékin et va jusqu’au désert de Gobi.

La Grande Muraille est la plus longue construction humaine au monde.

Elle parcourt environ 6 700 kilomètres. Des études par satellite ont montré que de nombreux segments, d’une longueur totale d’environ 1 000 kilomètres, étaient de nos jours enfouis sous terre.

Sa largeur varie entre cinq et sept mètres en moyenne et sa hauteur entre cinq et dix-sept mètres. Elle est ponctuée de tours de guet carrées (hautes de 15 m au moins, distantes en moyenne de 75 m, soit la distance de deux portées de flèche ) et de bastions sur toute sa longueur. Elle est impressionnante sur les milliers de kilomètres de  proches Pékin, la capitale. Elle se réduit ailleurs et ressemble à une imposante levée de terre à certains endroits. Elle a été fabriquée avec de la pierre, du ciment, de la terre, des briques d’argile. Il a été découvert récemment qu’il avait été incorporé 3 % de riz gluant dans le mortier ce qui avait considérablement renforcé sa résistance En revanche les mêmes études n’ont révélé aucune présence d’éléments osseux dans ce mortier contrairement à la légende, qui disait que sa solidité et sa blancheur était liée à la présence d’os humains.

Contrairement à une idée reçue, cette construction n’est pas visible à l’œil nu depuis la Lune12. Non pas parce que sa longueur est insuffisante mais parce que sa largeur l’est. En effet, la muraille n’est pas plus large qu’une autoroute et aucune autoroute n’est visible à l’œil nu depuis la station spatiale internationalenote 1. C’est William Stukeley qui, en 1754, aurait émis cette hypothèse sans jamais l’avoir vérifiée13.

La Grande Muraille est une des principales attractions touristiques du pays. Environ quinze à seize millions de personnes visitent la Muraille de Chine chaque année16.

Histoire

En 221 av. J.-C., le seigneur de guerre Ying Zheng achève l’unification de la Chine et fonde la dynastie Qin dont il se proclame empereur sous le nom de règne de Qin Shi Huang. Il entreprend alors de massives réformes. À la suite des attaques des tribus Xiongnu, au nord, il envoie le général Meng Tian pour que celui-ci repousse les Xiongnu, puis entreprenne la construction d’une grande muraille au-delà du fleuve Jaune pour protéger plus efficacement les territoires nouvellement conquis.

Cependant, les détails de la construction de ce mur sont très mal connus et les avis des historiens diffèrent quant à ce qui a vraiment été accompli par Qin Shi Huang et Meng Tian. Il n’existe en tout qu’une seule source primaire relatant sa construction (principalement deux passages du Shiji), ainsi que quelques très courtes références dans les textes historiques ultérieurs comme le Livre des Han.

« Après que la dynastie Qin eut unifié l’Empire, le général Meng Tian fut envoyé au nord avec 300 000 hommes pour repousser les tribus barbares. Il conquit le Henan et construisit une Grande Muraille en se servant des avantages topographiques. Il construisit des forteresses aux défilés. La muraille partait de Lintao pour arriver à Liaodong sur plus de dix mille li. Elle traversait le fleuve Jaune pour arriver à Yangshan. »

Sima Qian, Shiji, chapitre 88 : Meng Tian.

« Après que le Qin eut conquis les six royaumes, l’empereur envoya le général Meng Tian avec 100 000 hommes au nord pour attaquer les barbares. Il captura le Henan et construisit des défenses autour du fleuve Jaune. Il construisit quarante-quatre villes fortifiées pour surveiller le fleuve et des soldats furent mis en garnison à la frontière. Il utilisa les montagnes, les falaises, les torrents et les vallées. La muraille partait de Lintao pour arriver à Liaodong sur plus de dix mille li et traversait le fleuve Jaune entre Yangshan et Beijia. »

En dehors de ces deux textes, il n’existe pas d’autre récit concernant la muraille construite par Meng Tian. On ne sait donc ni quand elle a été construite, ni son tracé exact. Cette absence d’informations, et le fait que Sima Qian n’ait pas apporté plus d’informations dans son Shiji malgré l’ampleur apparente de l’ouvrage a étonné nombre d’historiens, et si les recherches archéologiques ont permis d’exhumer des portions de la muraille, elles apportent peu d’informations supplémentaires. Cependant, bien qu’aucune source historique ne le confirme, il est couramment admis que Meng Tian n’est pas parti de rien pour entreprendre la construction de la muraille et a probablement connecté et restauré des portions des murs des anciens Royaumes combattants.

Cependant malgré les débats entre historiens et l’absence de récits historiques, la Grande Muraille construite par la dynastie Qin reste dans l’imaginaire populaire chinois une œuvre colossale, fruit du travail forcé de milliers de bagnards, soldats, ouvriers et paysans, vision notamment renforcée par la réputation de l’empereur Qin Shi Huang qui a laissé l’image d’un monarque cruel. C’est de cette époque que date le surnom de « mur de dix mille li » (soit 5 760 km étant donné la valeur du li à l’époque de la dynastie Qin). C’est également depuis cette époque que l’on parle véritablement de « Grande Muraille ».

C’est sous la dynastie Ming que la muraille prend sa forme actuelle pour empêcher les armées mongoles et mandchoues d’envahir la Chine. La construction de la muraille s’étale sur deux périodes : La première période de construction de la grande muraille se situe entre 1403 et 1435 sous l’empereur Yongle 永乐 (1402-1424).

Habitat chinois  

Grande pagode de l’Oie sauvage, Xi’an, Shanxi. Brique et pierre. H. : 60 m; l. du côté à la base : 25,5 m, dynastie Tang, 652 (première construction) et viiie siècle

Publié par

gretaarchitecture

Nous somme fort

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s