L’Inde première partie

histoire:

D’anciens outils lithiques ont été découverts dès 1935 dans les ravinements des terrasses de lœss de la rivière Soan, au Pendjab, dans l’actuel Pakistan, par une mission archéologique dirigée par le géologue allemand Helmut de Terra et comprenant le paléontologue français Pierre Teilhard de Chardin. Les assemblages lithiques trouvés à l’époque et par la suite dans le nord-ouest du sous-continent indien étaient constitués de bifaces, d’une part, et de galets aménagés et éclats roulés, d’autre part, tous qualifiés de soaniens sur une large partie du Pléistocène moyen allant jusqu’au Pléistocène supérieur. Le Soanien, caractéristique des terrasses fluviatiles de l’Inde du Nord-Ouest, qu’il s’agisse des piémonts ou de la grande plaine du Pendjab, était donc à l’origine une appellation plus géographique que typologique.

Architecture de la période Satavahana

Les Satavahanas, d’abord feudataires de l’Empire Maurya, se rendent indépendants après la mort d’Ashoka. La population de leur royaume est d’origine préaryenne, mais la dynastie emprunte la culture sanskrite du Nord. Elle est en compétition avec la dynastie Shunga, puis avec celle des Kanva qui les remplacent dans le Magadha.

Architecture de la période Kusana

 l’empire Kushan dans le nord de l’Inde, a prospéré entre le Ier et le IVe siècle de notre ère. Il mélangeait les traditions de l’art gréco-bouddhiste du Gandhara, influencé par les canons artistiques hellénistiques, et l’ art plus indien de Mathura. L’art kushan suit l’art hellénistique du royaume gréco-bactrien ainsi que l’art indo-grec qui avait prospéré entre le iiie siècle avant notre ère et le ier siècle de notre ère en Bactriane et dans le nord-ouest de l’Inde. Avant d’envahir le nord et le centre de l’Inde et de s’établir en tant qu’empire à part entière, les Kushan avaient migré du nord-ouest de la Chine et occupé pendant plus d’un siècle ces terres hellénistiques d’Asie centrale, où l’on pense qu’ils ont assimilé les restes des populations grecques, la culture grecque et l’art grec, ainsi que les langues et les écritures qu’ils utilisaient dans leurs pièces et inscriptions: le grec et le bactrien, qu’ils utilisaient avec le brahmi indien.

Avec la disparition des Kushans au IVe siècle de notre ère, l’empire indien Gupta a prévalu et l’art Gupta s’est développé. L’Empire Gupta a incorporé de vastes portions du centre, du nord et du nord-ouest de l’Inde, jusqu’au Pendjab et à la mer d’Arabie, poursuivant et élargissant la tradition artistique antérieure des Kushans et développant un style Gupta unique.

Dynastie Shunga

Les Shunga ou Śunga sont une dynastie hindoue qui règne sur une partie de l’Inde orientale après la dissolution de l’Empire maurya, de 185 environ à 73 av. J.-C. environ. La capitale des Shunga était Pâtaliputra, l’actuelle Patna.

La dynastie est établie en 185 av. J.-C., cinquante ans après la mort d’Ashoka, lorsque le râja Brihadrâtha, le dernier râja maurya, est assassiné par son général-en-chef, Pushyamitra Shunga qui monte sur le trône.

Architecture de la période post-Gupta

L’art Gupta est l’art de l’Empire Gupta, qui régnait sur la majeure partie du Nord de l’Inde, avec son apogée entre environ 300 et 480, survivant sous une forme très réduite jusqu’à 550. La période Gupta est généralement considérée comme la période classique et un âge d’or de l’art en Inde du Nord pour tous les principaux groupes religieux. Bien que la peinture soit évidemment répandue, les œuvres qui subsistent sont principalement des sculptures religieuses. La période a vu l’émergence des icônes divines de pierre sculptée dans l’art hindou, tandis que la production des figures de Bouddha et de Jain tirthankara a continué de croître, ces dernières souvent à très grande échelle. Le centre principal traditionnel de la sculpture était Mathura, qui a continué à prospérer, tandisque l’art du Gandhara, le centre de l’art gréco-bouddhiste juste au-delà de la frontière nord du territoire de Gupta, continuait d’exercer une influence. D’autres centres ont vu le jour au cours de la période, notamment à Sarnath. Mathura et Sarnath ont exporté la sculpture vers d’autres parties du nord de l’Inde.

Architecture excavée

Pilier du style Pallava ancien, VIIe s., Mandagappattu.

Pilier du style Pallava ancien, VIIe s., Mahendravadi.

Elle représente une part très importante de l’activité architecturale chez les Pallava, qui précède l’architecture construite.

Sous Mahendravarman, on recense de nombreuses cavernes, en général shivaïtes, dont plusieurs sont dédiées au roi. Le style éponyme se distingue par plusieurs traits :

  • des piliers sobres tripartites, comportant une base et un sommet de section carrée, le milieu étant de section octogonale ;
  • des soutiens d’entablement nus, se terminant en quarts de disque ;
  • souvent, une grande salle ouverte avec plusieurs petits sanctuaires (3 ou 5).

Publié par

gretaarchitecture

Nous somme fort

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s