Népal

Les maisons rurales au Népal ont généralement un ou deux étages et sont faites de briques de boue avec un toit de chaume. … Parfois, l’argile est utilisée pour fabriquer des tuiles, ou le toit de chaume est créé avec de l’herbe.

L’architecture rurale au Népal est généralement très simple, ce qui reflète les styles de construction de castes différentes, les groupes ethniques, les matériaux disponibles et le climat.

Les maisons de village ont tendance à être regroupées dans les vallées fluviales ou le long des crêtes.

Comme dit précédemment, les maisons rurales népalaises sont fabriquées à partir d’argile excavée de la vallée de Katmandou. L’argile est formée en briques qui cuisent jusqu’à ce qu’elles soient assez solides. Parfois, l’argile est peint, comme illustré ci-dessous, mais l’argile existe dans une variété de nuances, du rouge au noir. Parfois, l’argile est utilisée pour fabriquer des tuiles, ou le toit de chaume est créé avec de l’herbe. La tôle est aussi parfois utilisée pour le toit.

Les earthbag sont des maisons alternatives construites à partir de sacs de sable ou de terre. Ce système constructif permet de réaliser des maisons écologiques à partir de matériaux (terre, bois) locaux avec une base structurelle très résistante, notamment aux risques sismiques.

Népal : carte

Népal

Pays en Asie du Sud

Le Népal est un pays situé entre l’Inde et le Tibet, réputé pour ses temples et ses montagnes de l’Himalaya, notamment l’Everest. Katmandou, la capitale, comprend un vieux quartier labyrinthique rempli de sanctuaires hindous et bouddhistes. Autour de la vallée de Katmandou se trouvent Swayambhunath, un temple bouddhiste abritant des singes, Bohnath, un grand stupa bouddhiste, des temples hindous et des lieux de crémation à Pashupatinath, ainsi que la ville médiévale de Bhaktapur.

Leur langue est le newari, est toujours parlée dans la vallée de Katmandou ( le capital). Les autres principaux peuples du Népal sont les Tharus (7 %), les Sherpas, les Tamangs (6 %), les Gurungs, les Kirantis et les Magars (7 %).

Le rouge cramoisi est la couleur nationale du pays. Il représente la bravoure des Népalais ainsi que le rhododendron, la fleur nationale. La bordure bleue, comme un voile entourant le pays, symbolise la paix et l’harmonie. Il fut adopté le 16 décembre 1962 .

Histoire du Népal

L’émergence du Népal résulte de l’unification d’un ensemble de royaumes et de principautés entreprise vers 1750 par Prithvi Narayan Shah. Avant le milieu du XVIIIe siècle, l’histoire du Népal se confond avec celle de la vallée de Katmandou.Les premières civilisations au Népal, qui ont prospéré au 6eme siècle avant J.C, étaient confinées dans la vallée de Katmandou où la capitale du même nom, est aujourd’hui située. C’est dans cette région que naquit Prince Siddhârta Gautama en 563 avant J.C.Gautama réussit à trouver la sagesse spirituelle et engendra la pensée bouddhiste.

Du IIIe siècle avant notre ère jusqu’au IVe siècle, la région aurait été gouvernée par des rois Kirat d’origine sino-tibétaine. Les Lichhavi, d’origine indienne, ont succédé aux Kirat. Ils ont gouverné la région du IVe au VIIIe siècle. L’époque des Lichhavi constitue sans doute le premier point de repère historique valable puisque documenté. Des inscriptions en sanskrit attestent en effet la présence de cette dynastie hindouiste dans la vallée durant cette période. Au contact de la culture indienne, les Newar, une population auraient adopté  un modèle d’organisation sociale indien basé sur le système de castes en l’adaptant à leur réalité.

Les Newar, une population autochtone d’origine sino-tibétaine établie dans la vallée de Katmandou, ont été fortement influencés par la culture indienne. Leur système d’organisation sociale s’est vu transformé par l’adoption d’une structure de castes à l’indienne.

Du IXe au XIIe siècle, la dynastie des Lichhavi fut remplacée par celle des Takhuri, vraisemblablement des seigneurs Newar. Katmandou aurait été fondée par un roi Thakuri  vers la fin du Xe siècle. Durant cette période, l’hindouisme et le bouddhisme coexistent dans la vallée.

En juin 2004, le roi nomme à nouveau Sher Bahadur Deuba Premier ministre. Le 1er février 2005, il libère le Premier ministre, s’approprie les pleins pouvoirs, forme un nouveau Conseil des ministres composé de fidèles, décrète l’état d’urgence, instaure la censure et suspend les droits fondamentaux afin de museler l’opposition. De nombreux acteurs politiques sont arrêtés et emprisonnés.

Pendant ce temps, la rébellion tire avantage de l’instabilité politique du pays qui a vu une quinzaine de gouvernements se succéder depuis 1991. Elle ne cesse d’augmenter son emprise. Elle prend désormais pour cible non seulement les forces de l’ordre mais aussi certaines infrastructures publiques et privées dont les centres de communication. Au cours des dix années de guérilla, le conflit a fait près de 13 000 victimes au Népal (données d’avril 2006).

Au début 2006, les sept principaux partis d’opposition concluent une alliance informelle avec les rebelles maoïstes au terme de laquelle ceux-ci décrètent un cessez-le-feu unilatéral à durée indéterminée dans la vallée de Katmandou afin de permettre aux partis d’organiser un bandh (grève générale) ayant pour but de faire pression sur le roi pour le rétablissement du Parlement.

Publié par

gretaarchitecture

Nous somme fort

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s